Communiqué

L'attitude du gouvernement israélien est incompréhensible

Mercredi 16 mai 2018 par Menia Goldstein, Président du CCLJ

Le Centre communautaire laïc juif David Susskind (CCLJ) a célébré le 70e anniversaire de la création de l’Etat d’Israël. C’est avec admiration et fierté que nous contemplons le chemin parcouru par ce pays auquel nous sommes indéfectiblement attachés.

 

Notre joie sincère de célébrer cet anniversaire est malheureusement ternie par les évènements sanglants de Gaza. En organisant ces manifestations le long de la frontière entre Gaza et Israël, les Palestiniens rappellent au monde que la bande de Gaza est toujours sous blocus israélien et égyptien, en dépit du retrait unilatéral israélien de 2005.

Nous n’ignorons pas que ces manifestations, organisées par le Hamas, n’ont en rien l’allure des marches pacifiques organisées par Martin Luther King ou par Gandhi.

Nous n’ignorons pas davantage l’hypocrisie de ceux qui invitent le gouvernement israélien à ne pas réagir de manière disproportionnée, tout en se gardant de le faire lorsque l’armée turque lance des opérations meurtrières en zones kurdes sur le territoire syrien ou lorsque l’Arabie Saoudite massacre impunément des civils au Yémen.

Nous estimons cependant qu’une armée qui se revendique être l’une des plus « morales » au monde doit pouvoir développer une stratégie et des moyens adaptés à cette nouvelle réalité et qu’il aurait fallu utiliser des moyens non létaux pour éviter ce bain de sang.  

Ce qui s’est passé est d’autant plus incompréhensible que le gouvernement Netanyahou savait pertinemment que cet affrontement avait pour objet de sensibiliser l’opinion publique à travers le monde. Comme s’il avait négligé la dimension médiatique du conflit, et oublié le parti pris déjà bien ancré de nombreux médias internationaux. Dans ce contexte, la force armée, disproportionnée ou pas, se retourne nécessairement contre celui qui en fait usage.

Cette violence resurgit de manière sanglante le jour où toute l’attention devait être fixée sur Jérusalem, capitale de l’Etat d’Israël. Car Jérusalem-Ouest est bel et bien la capitale du pays, le siège de ses institutions politiques, administratives et judiciaires. Personne ne le conteste dans la communauté internationale, pas même les Palestiniens.

Nous considérons toutefois que le geste symbolique de transférer l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem est inopportun à ce stade. Pour qu’il soit véritablement suivi d’effets, ce choix devait intervenir dans le cadre d’un accord sur le statut définitif de cette ville.

En dépit des efforts soutenus du gouvernement israélien visant à marginaliser par tous les moyens la question palestinienne et à écarter les solutions politiques alternatives qui émanent de la société israélienne, il est illusoire de croire que les Israéliens vivront en paix et en sécurité tant que leurs voisins palestiniens n’auront pas leur propre Etat.

En effet, les plans d’annexion préconisés par certains ministres israéliens, l’extension des colonies juives en Cisjordanie, et l’étranglement de la bande de Gaza empêchent les Palestiniens de prendre en mains leur destin dans un Etat souverain et menacent l’existence d’Israël comme Etat juif et démocratique. Contrairement à ce que pensent les tenants du statu quo et les durs de la droite nationaliste et religieuse, le temps ne joue pas en faveur d’Israël.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par ezekiel - 16/05/2018 - 11:18

    Monsieur le Président du CCLJ,

    Je ne pense pas que vous soyez la bonne personne pour juger de l'opportunité ou non du transfert de l'ambassade des Etats Unis de Tel Aviv vers la capitale de l'Etat d'Israël. Que cela vous plaise ou non, Jérusalem est la capitale israélienne et dans tous les pays du monde sauf en Israël les représentations diplomatiques y sont installées.

    A lire les diatribes continuelles du CCLJ contre le gouvernement israélien légitimement élu par les habitants de ce pays j'émets de sérieux doute sur votre sincérité quand vous exprimez votre joie de voir Israël fêter son 70ème anniversaire.

    Si comme vous souhaitez le laisser croire à vos lecteurs, vous savez tout mieux que les israéliens pour résoudre le conflit du moyen orient, qu'attendez vous pour prendre la décision de faire votre alyah et d'entrer en politique en Israël où vous aurez tout le loisir et la légitimité de défendre votre point de vue que je respecte même si je ne le partage pas.

    Mais de grâce tant que vous êtes en diaspora, abstenez vous de jeter de l'huile sur le feu.
    Israël a déjà suffisamment d'ennemi sans qu'il ne soit besoin d'ajouter votre nom ou celui de l'institution que vous présidez à la liste déjà suffisamment longue.

  • Par serge_1 - 16/05/2018 - 12:04

    C'est le CCLJ qui est incompréhensible !

  • Par Samuel Abittan - 16/05/2018 - 14:10

    Je suis d'accord avec vous
    Il faut tout faire pour améliorer la situation de la bande de Gaza de la cis jordanie et les localités arabes et bédouines et des israéliens vivant en dessous du seuil de pauvreté.

    Celà indépendement des opinions politiques

  • Par Samuel Abittan - 16/05/2018 - 14:12

    J aimerais qu un economiste nous explique pourquoi les salaires sont si bas en Israël.

  • Par Michel Pirotte - 16/05/2018 - 14:48

    Je n’approuve pas plus les crimes ou atrocités infligés par les forces turques à des populations kurdes, celles commises par le régime birman envers les Rohyngas ou celles de l’Arabie saoudite envers les Houthistes du Yémen. Mais, pour faire une comparaison, dites à un juge, après avoir commis un délit, que vous connaissez une personne qui a commis le même délit sans être condamné. Les chances que vous obteniez un jugement favorable dans ce cas doivent être assez proches de zéro...Le fait que des actes violents et meurtriers soient commis par une armée ou une police à l’égard de personnes désarmées, de femmes ou d’enfants est inexcusable, même si l’on peut critiquer ceux qui favorisent ou encouragent des manifestations qui peuvent déboucher sur de tels faits. Mais peut-être faudrait-il aussi se demander pourquoi certaines populations en arrivent à risquer leurs vies plutôt que de vivre dans des conditions sociales insupportables. Le CCLJB s’inquiète à juste titre de la montée de l’antisémitise. Il est clair que les politiques américaine et israélienne actuelles jouent un rôle très négatif à ce sujet...au point que je me demande personnellement s’il ne s’agit pas d’une politique délibérée. Je ne vois pas ce que cela peut apporter de positif aux communautés juives en Europe. Elles ont au contraire tout intérêt à se désolidariser d’une politique brutale, discriminatoire et non respectueuse des droits de l’homme.

  • Par Sojcher Jacques - 16/05/2018 - 14:57

    Tout à fait d'accord

  • Par Léon - 16/05/2018 - 14:57

    Il y a quelques années l'ambassadeur Kney Tal avait envoyé un courrier à David Susskind manifestant sa colère vis à vis de ce dernier et du CCLJ pour les prises de position qui avaient été les leurs.

    La lecture de la prose du président actuel du CCLJ prouve à suffisance combien Mr Kney Tal avait eu raison.

    Malheureusement le CCLJ ne tient pas compte du contenu de cette lettre.

    Pourquoi l'ambassade d'Israël ne rompt elle pas ses relations avec le CCLJ. C'est cela qui est, aussi, incompréhensible.

  • Par ALUF HANITZAHON - 16/05/2018 - 16:42

    A part tendre la joue gauche quand on vous frappe la joue droite, vous connaissez des moyens non létaux contre des animaux enragés?
    Vous jouez aux vierges effarouchées.Celà prouve bien que vous n'avez jamais ramassé une pierre tellement pacifique lancée par une fronde
    Honte à vous

  • Par vachri - 16/05/2018 - 19:01

    Le Président du CCLJ, Menia Goldstein, a trouvé les mots justes pour exprimer notre amour pour Israël et notre tristesse devant la politique bornée de son gouvernement. Malheureusement ce sera la diaspora qui en ressentira les conséquences.

  • Par Starc - 16/05/2018 - 20:06

    Je suis globalement d’accord avec la réaction ci-dessus.Le contraste entre les sourires à l’inauguration et la situation à Gaza était particulièrement choquant.Ce qui m’inquiète c’est l’absence de plan de paix du côté israélien.Je pense malheureusement qu’il faut abandonner l’idee de 2 états vivant côte à côte,et s’orienter vers une confédération.

  • Par sylvain asline - 16/05/2018 - 20:08

    Vous vous comportez comme des traitres a la nation juive. Vivre en Belgique equivaut a etre des dhimis a la solde de l'islamisme

  • Par Reichert - 16/05/2018 - 20:26

    Je pense qu'il était temps que Jérusalem-ouest soit reconnue par les nations comme capitale d'Israël.
    Je pense aussi que nous ne sommes pas compétents pour juger des décisions de l'état-major de Tsahal.
    Pour le reste je suis d'accord avec le président du CCLJ.

  • Par Giacomo Douenias - 16/05/2018 - 21:37

    Giacomo.

    A la lecture de votre texte, une évidence me vient à l'esprit :

    "Dieu, préserves-nous de nos amis; de nos ennemis nous nous en chargeons !"

  • Par chalom - 16/05/2018 - 21:46

    si celui qui a écrit cet editorial sait comment "mieux faire" pour arrêter une meute de plusieurs milliers de meurtriers manipulés et décidés a tuer les habitants des kibboutzim le long de la bande de gaza, il faut absolument qu'il se mette en contact avec notre ambassadeur a Bruxelles et lui donne son plan détaillé.
    En attendant, laissons faire son travail a Tsahal pour assurer la sécurité des Israéliens qui habitent dans le Sud de notre pays.

  • Par efok - 16/05/2018 - 21:46

    Quand je lis votre texte, CCLJ, j'ai envie de me désabonner !!

  • Par Frydman Shalom - 16/05/2018 - 23:19

    Le Hamas déclare ce jour ""50 des 62 morts sont des combattants du Hamas"

  • Par Jean-Pierre Fallise - 17/05/2018 - 0:55

    L’attitude du gouvernement israélien peut en effet sembler incompréhensible à tous ceux dont l’horizon de lecture se limite à la presse européenne mainstream (dont les grilles de lecture s’inspirent des présupposés de gauche et d’extrême gauche, défendues avec d’autant plus de vigueur que leurs commentateurs ignorent à peu près tout du mode de fonctionnement des sociétés arabo-musulmanes et de leur représentation du monde juif). Quand on veut bien de lire et d’écouter de vrais connaisseurs de la scène proche-orientale (dont certains sont des invités du CCLJ ! – à croire que leurs discours ne laissent aucune trace chez certains représentants distingués de cette institution), on s’aperçoit au contraire que l’attitude des responsables israéliens est parfaitement compréhensible, cohérente et justifiable. Citons quelques éléments clés : (1) La nécessité absolue d’assurer l’étanchéité de la frontière entre Gaza et Israël. Un débordement de foule serait vite suivi d’un tsunami de plusieurs dizaines puis centaines de milliers de personnes. Situation ingérable pour les forces de sécurité israéliennes, qu’il faut empêcher à tout prix. L’essentiel est d’avertir les émeutiers de ce qui va leur arriver s’ils tentent de franchir la barrière – c’est bien ce qui a été fait. (2) L’identité palestinienne est extrêmement ambiguë. Elle repose avant tout sur un rejet absolu de toute présence juive en Terre Sainte. Ôter ce socle, c’est retrouver des populations disparates qui se définissent d’abord par leur religion et leurs solidarités claniques. Et qui n’hésitent pas à s’entre-tuer comme les épouvantables guerres civiles du Liban et de Syrie en témoignent. (3) La représentation des Juifs dans l’imaginaire musulman est profondément dépréciative (enseignement du mépris) et cela n’est pas prêt de changer, au contraire. Quelques esprits éclairés, capables d’esprit critique, existent mais leur influence est nulle « sur les masses », très imprégnées d'islamisme radical. Il n’est donc pas étonnant d’observer que, à l’inverse des bien-pensants d’Europe et d’Amérique, de nombreux israéliens ne voient dans la création d’un état palestinien à ce stade, rien d’autre que l’édification d’un deuxième Gaza, cette fois à la puissance dix.
    Il serait utile que le CCLJ défende fermement ces arguments plutôt que de donner l’image d’un interlocuteur qui, tête baissée, regarde le bout de ces chaussures.

  • Par maurice e. - 17/05/2018 - 2:51

    Je ne sais pas si le "temps joue en faveur d'Israel " ou non. Mais pour le reste je souscris entièrement à ce que Menia Gildstein écrit en termes mesurés..
    Il faut avoir à la fois peu de d'humanisme dans le coeur et peu de simple bon sens dans le cerveau pour expliquer que "ce serait jeter de l'huile sur le feu" que d'exprimer ce point de vue et qu'en plus, il serait interdit de critiquer le gouvernement israélien "légitemement élu".
    Je rappelle que ce gouvernement "légitimement élu" est dirigé par un ultra nationaliste convaincu (dont le père fut un idéologe farouche adversaire du plan de partage et partisan du transfert des habitants arabes à l'extérieur d' Israel) doublé d'un communicateur hors pair.
    Ce qui explique la présence dans le gouvernement israélien actuel de la partie la plus extrémiste de la droite nationaliste.
    De plus ,quoique non pratiquant religieux (comme la majorité des israéliens) Bibi a donné une place démesurée dans son gouvernement aux ultra orthodoxes sans l'appui desquels il n'aurait pas eu de majorité parlementaire.
    On a donc aujourd'hui dans le pays

  • Par ezekiel - 17/05/2018 - 8:53

    Madame ou Monsieur Vachri

    Au risque de me répéter, sachez que les seules personnes qui ont le droit légitime de critiquer le gouvernement israélien ce sont les citoyens de ce pays
    Si vous avez peur des conséquences de la politique choisie par le gouvernement israélien, rien ne vous empêche de partir vous installer en Israël et de peser de tout votre poids lors des prochaines élections qui seront organisées dans ce pays.
    Mais en diaspora, on ne critique pas, on se tait.. ce que le le CCLJ ne veut pas comprendre

  • Par Amos Zot - 17/05/2018 - 9:50

    En ce qui concerne Israël, il ne s’agit que d’un blocus empêchant d’entrer des armes et des matériaux pour construire des tunnels permettant aux terroristes d’entrer sur le territoire israélien pour tuer des Juifs . Le fait de passer cette information sous silence constitue en fait de la désinformation et un soutien de votre part à l’organisation terroriste en place à Gaza.

    Les comparaisons que vous faites entre , par exemple, les opérations de bombardement sur les zones civiles kurdes , de plus en territoire syrien et la réaction de l’armée israélienne , la plus éthique du monde depuis l’antiquité jusqu’à nos jours est de la désinformation scandaleuse que certains qualifieraient de propos antisémites.

    "... et qu’il aurait fallu utiliser des moyens non létaux pour éviter ce bain de sang."

    Il n’y a qu’à , n’est-ce pas. Tout le monde reconnaît que les Israéliens sont les spécialistes mondiaux de la lutte antiterroristes mais comme dans la blague juive : Dieu sait tout mais vous savez tout mieux.

    "... Dans ce contexte, la force armée, disproportionnée ou pas, se retourne nécessairement contre celui qui en fait usage."

    Vous vouliez donc soit ne pas défendre la frontière soit la défendre avec des roses ; les épines font peur aux terroristes ; mais sur quel planète vivez-vous ?


    " ...Nous considérons toutefois que le geste symbolique de transférer l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem est inopportun à ce stade."

    Fallait-il encore attendre 70 ans de plus ? Tout ce qui a été essayé jusqu’à aujourd’hui n’a pas réussi ; pourquoi ne pas essayer une autre méthode ? Au pire des cas, cela aura le même effet que les tentatives précédentes d’arriver à la paix.

    "Pour qu’il soit véritablement suivi d’effets, ce choix devait intervenir dans le cadre d’un accord sur le statut définitif de cette ville."

    Personnellement, je pense au contraire que cette décision pourrait favoriser la paix parce qu’elle pourrait permettre à Abbas ou son successeur de sauver la face en obtenant quelque chose dans le cadre de négociation à savoir une partie de Jérusalem Est. Votre position démontre votre incompétence totale en matière de négociation.


    "En dépit des efforts soutenus du gouvernement israélien visant à marginaliser par tous les moyens la question palestinienne... "

    Vous semblez ignorer les menaces et la présence iranienne à la frontière israélienne, le fait qu’Israël est un état démocratique dont le gouvernement est chargé de mener sa politique, que Netanyahu a à plusieurs reprises proposé à Abbas de reprendre les négociations sans conditions préalables et que ce dernier a refusé, que l’Autorité palestinienne et Gaza ne parviennent pas à se réconcilier . Pour votre information, Abbas a rejeté le plan Trump avant même de le lire et refuse de reprendre des négociations. Vous feriez mieux de lancer vos piques à la partie adverse qui depuis 70 ans fait tout pour refuser la paix.

    "En effet, les plans d’annexion préconisés par certains ministres israéliens, l’extension des colonies ;;; "
    Regardez la définition de « colonie » dans le dictionnaire et utilisez dorénavant le terme « implantation », vous n’êtes pas obligé de répéter comme un perroquet, le narratif palestinien.
    "...et l’étranglement de la bande de Gaza empêchent les Palestiniens de prendre en mains leur destin dans un Etat souverain "
    Quel étranglement ? Le fait que le Hamas utilise ses budgets pour creuser des tunnels et envoyer des missiles sur les populations civiles israéliennes plutôt que de les consacrer à sa propre population?


    " Contrairement à ce que pensent les tenants du statu quo et les durs de la droite nationaliste et religieuse, le temps ne joue pas en faveur d’Israël."
    Contrairement à ce que pensent comme vous les dirigeants palestiniens des 2 territoires palestiniens non démocratiques , le statu quo n’est pas dans leur intérêt.

    Les Palestiniens méritent effectivement un état mais les Israéliens le leur ont à plusieurs reprises proposé même par des gouvernements de gauche; Arafat et Abbas ont à chaque fois refusé.
    Vous ne devriez pas faire des reproches aux gouvernements israéliens successifs mais aux responsables palestiniens qui pour diverses raisons, ont toujours refusé la création d’un état palestinien.
    Il est fort possible qu’une de ces raisons était la pression de certains pays arabes comme l’ Arabie saoudite. La situation géopolitique actuelle n’a jamais été aussi favorable que aujourd’hui pour la création d’un état palestinien. Les 2 seuls vrais problèmes sont le désaccord entre Autorité palestinienne et Gaza plus le fait que les dirigeants palestiniens auront des difficultés à faire accepter un plan de paix supposant des concessions à une population éduquée à la haine par le mensonge durant 70 ans.




  • Par Amos Zot - 17/05/2018 - 9:59

    Tout le monde peut critiquer le gouvernement israélien mais uniquement en utilisant les mêmes critères que ceux pour critiquer tous les autres gouvernements de la planète.

    Si les critères utilisés pour critiquer Israël sont différents, il s'agit tout simplement de deux-poids-deux-mesures donc d'antisémitisme et c'est presque toujours le cas lorsqu'il s'agit de critiques d'Israël.

  • Par Willy Goldberg - 17/05/2018 - 10:09

    Assis confortablement dans votre fauteuil Bruxellois, ne critiquez pas Israël.
    Sinon faites votre Alia.
    Pour ma part, ce que je ne comprends pas, s'est que l'état major de Zahal qui savait depuis longtemps ce qui allait se passer avec ces "marches du retour" et n'ait pas ordonné aux chercheurs de l'armée et à toutes les sociétés de technologie qui travaillent pour Zahal, de trouver "Le Truc" pour bloquer ces manifestants et les terroristes qui les menaient sans armes à feu.

  • Par martine - 17/05/2018 - 10:11

    Ezekiel a parfaitement résumé la situation.
    Maintenant on connait exactement la position du CCLJ.
    Le CCLJ ne peut plus se revendiquer ami d'Israël ce qu'il n'est assurément plus parce que je veux bien croire qu'il l'a été un jour .. mais il y a longtemps

  • Par Roland Douhard - 17/05/2018 - 10:11

    La décision du président américain, Donald Trump, de transférer l'ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem, sur le terrain, ne change rien à la situation. En revanche, symboliquement, elle constitue une provocation bien inutile à l'encontre des Palestiniens et du monde arabo-musulman. Ne change rien, car dès 1949, toutes les institutions nationales israéliennes ont été fixées à Jérusalem, dans un premier temps, pour la seule partie ouest de la ville, à partir de 1967, pour l'ensemble. Le gouvernement comme la Knesset, le parlement, siègent dans la Ville Eternelle, sans reconnaissance de l'ONU, depuis cette époque. Israël est donc le seul pays au monde à ne pas pouvoir choisir l'emplacement de sa capitale sans subir la condamnation de la communauté internationale. Remarquons que rien n'empêchera une autre administration américaine, dans trois ou sept ans, de déménager à nouveau son ambassade sur la côte méditerranéenne. L'An prochain à Tel Aviv. Tout ceci montre à quel point la symbolique rend fou et tourne le dos au réalisme. Provocation, car chacun sait que la solution à deux Etats, seule hypothèse viable à moyen et à long termes pour les deux peuples, passera nécessairement par le choix de faire de Jérusalem la capitale des deux entités, l'Ouest, pour Israël, l'Est, pour la Palestine. La commémoration du 70ème anniversaire de l'Etat juif a donné lieu à des festivités en Israël et dans toute la diaspora juive. En face, cette date rappelle aux Arabes de Palestine ce qu'ils ont appelé, dès 1948, la "Naqba", la catastrophe. Rappelons que la Palestine, terme dérivé du peuple philistin, éleveur de chèvres au Moyen-Orient sous l'empire romain, n'a jamais existé et que cette appellation a été imposée en lieu et place de la dénomination historique de Judée, en 135, par l'empereur Hadrien, afin de punir les Juifs de leurs révoltes. Mais, qu'on le veuille ou non, d'autres peuples que le peuple juif ont occupé cette terre depuis des centaines d'années, voire des milliers. Alors que les Juifs faisaient l'objet de persécutions, de massacres et de déportations, laissant le terrain à d'autres, sous la contrainte et la violence, à savoir, entre autres, les Arabes, émigrés en "Terre Sainte" au cours de l'expansion musulmane des VIIème et VIIIème siècles, ils s'y sont installés, en livrant parfois bataille contre les royaumes chrétiens d'Occident, et y ont construit leur vie sur des dizaines de générations. Reste que les Palestiniens sont arabes et qu'ils ont hérité d'un patronyme qui n'est pas le leur. Reste qu'ils sont là aux côtés des Juifs, qui, eux, sont revenus en Palestine, dès le XIXème siècle, sous l'empire ottoman, puis sous le mandat britannique, avant, pendant et après les deux guerres mondiales du XXème siècle. C'est un fait historique. Le bon sens et la justice commanderaient aux deux peuples et à leurs responsables qu'ils trouvent un compromis, afin qu'ils puissent cohabiter le plus raisonnablement possible. Les manifestations du Hamas à la frontière entre Israël et Gaza sont une autre provocation. Il n'y a pas de doute la-dessus. L'organisation terroriste sunnite et les Frères musulmans profitent de la commémoration de la création d'Israël et du transfert de l'ambassade américaine pour pousser les Gazaouis à l'affrontement avec l'armée israélienne. Sachant très bien que ces provocations auront comme réponse des tirs nourris des soldats de Tsahal, mais que les victimes seront utilisées à des fins de propagande. Stratégie bien connue qu'ils appliquent depuis des décennies. Mais alors pourquoi Israël tombe-t-il dans le piège si facilement ? Bilan de la journée du 14 mai, 60 morts et 2000 blessés. C'est choquant, car Israël sait parfaitement protéger son territoire et empêcher les provocations par d'autres moyens que létaux. Les jeunes militaires israéliens sont-ils pris de panique ? Ne maîtrisent-ils pas la force que leur patrie met entre leurs mains ? Ou leur commandement leur donne-t-il des instructions d'homicides volontaires ? Quelle que soit la réponse, elle est inquiétante. Elle montre un Israël fébrile et fragile, incapable d'intégrer à sa vision des choses le regard de l'Autre. Ce qui, rappelons-le, est la quintessence même du judaïsme. Il faut absolument en revenir à une désescalade progressive, tant dans les paroles que dans les actes. Ce n'est visiblement pas la volonté actuelle des Palestiniens et des Israéliens. Il n'y aura pas de miracle, tout le monde le sait. On ne peut que le regretter et appeler les deux parties à la réserve, dans ce moment d'extrêmes tensions tous azimuts au Moyen-Orient. Israël doit vivre et se donner les moyens d'en assurer la condition. Les Palestiniens ne doivent pas mourir et renoncer à sacrifier sa jeunesse sur l'autel de martyrs instrumentalisés.

  • Par Yoram - 17/05/2018 - 10:44

    Ezekiel, si je peux me permettre : un gouvernement israélien ou un autre, cela ne change rien. Le fruit est pourri depuis le début, depuis la conception même de l'idée de ce fruit. C'est dire ! Et puis rassurez-vous : le CCLJ ne critique pas ou guère et le peu qu'il fait sert votre cause. Donc : souriez !

  • Par Muriel - 17/05/2018 - 11:03

    J'ai un problème juste avec le dernier paragraphe. C'est un paragraphe qui illustre le déni de la gauche, il n'y a qu'un responsable à l'absence d'état souverain palestinien : Israël. La croyance que si Israël se comportait "bien" il y aurait un état souverain palestinien est dénier que chacun tient 50% de la responsabilité dans toute relation, individuelle et collective. C'est une croyance paternaliste ou infantilisante qui depuis votre magnanime compassion représente une humiliation pour le peuple palestinien. C'est encore vous qui leur faites le moins crédit.Pour le reste je vous donne raison sur chaque paragraphe. Je vous invite à considérer vos interlocuteurs Palestiniens avec égalité, à ne pas jouer leur jeu qui est de vouloir rester enfant, inégalitaire et victime. Votre déni est la mauvaise volonté, ou la mauvaise foi du peuple Palestinien et de leurs leaders à l'égard de la création d'un état souverain autonome, et à l'égard de l'existence du Yahoud. Si vous pouviez avoir un paragraphe où cette pensée surgit, vous seriez crédibles pour tout le reste. Ce déni délégitime toute votre pensée en ce qui me concerne.

  • Par serge_1 - 17/05/2018 - 11:03

    Maintenant qu'on sais que la grande majorité des victimes sont des terroristes du Hamas et du Jihad Islamique, on ne peut plus accuser Israël de riposte disproportionné. Au contraire.

    Didier Reynders ferait bien de présenter ses excuses auprès de Simona Frankel, ainsi que Alexander De Croo (VLD) qui en grand expert militaire a fait des déclarations fausses dans les médias et le SPA pour son cinéma dans le parlement.

  • Par Van Hauwe Yvette - 17/05/2018 - 11:30

    C'est une honte ce qui vient de se passer à Gaza .... ce n'est pas nécessaire de trouver des excuses pour ces actes barbares ...
    il n'y a pas de mots pour justifier ces meurtres lâches ... je suis fortement dégoutée de ce comportement tellement bas et mauvais.
    Gaza restera dans nos coeurs, Palestine vivra ...

  • Par Yoram - 17/05/2018 - 12:12

    Muriel, votre commentaire serait à diffuser dans les écoles, à faire analyser pour illustrer et prévenir le tripatouillage verbal et mental. Vous dénoncez déni et paternalisme, tout en redoublant de déni et de paternalisme.

    Quant à "l'existence du Yahoud", comme vous dites, ne signifie-t-elle pas lourdement, pour ceux dont vous parlez, racisme "du Yahoud", dépossession et dévastation par "le Yahoud", massacres par "le Yahoud", propagande "du Yahoud", mystification et tripatouillage des mots par "le Yahoud", déni par "le Yahoud", etc etc etc ?

    Mais : "mauvaise volonté du peuple palestinien"...

  • Par Elie Vamos - 17/05/2018 - 14:33

    J'approuve le texte de Roland Douhar

  • Par maurice e. - 17/05/2018 - 15:56

    1.Yoram,

    vous n'en avez pas marre d'expliquer que la racine du mal, c'est le retour des Juifs en "Palestine" pour y créer un Etat National sans attendre l'accord improbable des 700.000 habitants arabes qui la peuplaient.
    Vous avez peut être une solution pérenne pour éviter que se reproduise ce qui s'est passé en Europe pendant 2 millénaires et qui a conduit à la destruction physique d'un tiers des juifs d'Europe: alors donnez en nous la teneur.

    2. Quant à ceux qui critiquent la position du CCLj exposée par Menia Goldsteiin, je les renvoie au texte de Roland Duhard ci-dessus et que j'approuve sans réserves.


  • Par chalom - 17/05/2018 - 16:12

    En lisant les commentaires, je m aperçois avec bonheur que le president du CCLJ a réussi a mobiliser contre lui une bonne partie de judaïsme bruxellois. En tant que Juif bruxellois, israélien depuis 50 ans, j en suis fier et rempli d'espoir.

  • Par Leon - 17/05/2018 - 16:12

    J espère que le président du cclj soit déclaré personae non grata et que l accès au territoire israélien lui soit refuser comme il l est aux membres des organisations qui prônent le boycott d Israël car la prose nauséabonde du premier cause les mêmes dommages que les actes des seconds
    Vous méritez que votre nom soit affiché en grand à l entrée du territoire israélien avec celui des gens interdits d y pénétrer
    Même l entrée dimanche dernier au Wild Gallery aurait dû vous être refusée

  • Par Yoram - 17/05/2018 - 16:50

    Maurice E., ce qui est marquant, c'est que vous ne sachiez pas que la "racine du mal" (je ne parle pas comme ça, moi, mais vous bien, alors je vous cite) est là où vous dites – au détail près qu'il n'y a pas eu de "retour" des Juifs : cela, c'est de la mythologie de propagande.

    J'ignore pourquoi vous tenez à pédaler dans l'abject. Et pourquoi j'en aurais marre de le dire. Rappelez-nous à quoi Hillel Hazaken ramenait l'essentiel de la Torah... et puis, rappelez-le vous.

  • Par Daniel lhost - 17/05/2018 - 17:58

    Bien dit !
    D.L.

  • Par Marianne ALEXANDRE - 17/05/2018 - 18:31

    Merci de ce commentaire avec lequel je suis d'accord, pour une fois vous ne félicitez pas le gouvernement de Natanyaou.
    Je trouve que le CCLJ doit se distancier de l'Etat d'Israel tel qu'il est actuellement.

  • Par Sylvain VANKEIR... - 17/05/2018 - 22:07

    La question doit être traitée d'un point de vue "Risk Management".

    Les hauts-gradés de Tsahal, qui savent ce qu'ils font, pouvaient-ils prendre le risque de laisser passer ne serait-ce que 1 SEUL terroriste? Lequel, bardé d'explosifs, aurait décimé des familles entières "des nôtres"? Réponse :"NON"!

    Aborder les choses sous le critère moral est une erreur. Ici, seul compte le résultat : protéger 100% des Israéliens. Objectif atteint.

    Les individus voulant "tenter leur chance" le faisaient en connaissance de cause : des milliers de tracts, de messages radio, des SMS, etc. pour PRÉVENIR du danger de mort !

    Malgré cela, ces fous-furieux,animés par leur haine, se sont jeté sous les balles, volontairement, et dans le cadre d'une guerre médiatique. HAMAS = propagande.

    Voir les choses autrement, c'est de l'angélisme, voire de la niaiserie.

    Des moyens non-létaux ont été utilisés, sans résultats (lacrymogènes). Il aurait fallu faire quoi d'autre pour empêcher à coup SÛR le passage de la barrière? Faire usage de lances à eau, ou encore de lance-flammes...? L'argument est, de fait, ridicule !

    Et prière de laisser la question de Jérusalem en dehors de celle de ces tentatives d'intrusion : tout qui se veut objectif sait qu'il ne s'agit que d'un prétexte (de plus) des musulmans pour vomir leur haine du juif.

    A vous lire, on se demande "pour qui roule", in fine, le CCLJ. Dans votre texte où se multiplie le "nous" majestif (?), nulle trace du moindre sionisme inhérent aux Juifs qui aiment Israël. C'est pour le moins interpellant...

  • Par Nicolas - 18/05/2018 - 3:33

    Monsieur le Président

    Je pense au vu ses commentaires nombreux repris sur ce forum que vous devriez tirer la seule conclusion qui s impose, à savoir démissionner immédiatement de votre mandat de président du CCLJ car vous n êtes pas digne de l exercer.
    Il ne peut être admis que ce soit une personne antique israélienne qui dirige le seul centre communautaire juif de Bruxelles
    Nicolas

  • Par maurice e. - 18/05/2018 - 16:37

    Yoram,Est-il "abject" à vos yeux de rappeler ce qu'a été le sort abject réservé pendant plusieurs millénaires aux juifs dispersés,en particulier en Europe?Et quelle serait la solution que vous préconiseriez pour que cela ne se reproduise plus?Per ailleurs votre allusion à Hillel l'Ancien est piquante, puisqu'il est rapporté qu'il aurait quitté l'exil de Babylone pour "retourner" à Jerusalem, dont sa famille aurait été originaire. Mais peut-être que ce récit procède aussi du mythe de la propagande?

  • Par Lucette Suskind... - 18/05/2018 - 17:45

    Même ceux qui ne souscrivent pas à Facebook peuvent "aimer" vos réflexions!

  • Par Yoram - 19/05/2018 - 9:23

    N'empêche, Maurice E, que comme le disait Joël Kotek, lors d'une conférence du Librex le 30 mars 2006 : "Les Princes protégeaient les Juifs contre la Populace". Je suppose qu'au Moyen-Âge, le degré d'alphabétisation des populations juives par rapport à la "populace" pouvait présenter une certaine utilité aux Princes ?

    N'empêche aussi que vous ne voyez que les Juifs - et les Juifs uniquement victimes d'abjections - dans votre tableau de "plusieurs millénaires". Une fois encore, vous tenez à une imagerie dont vous croyez pouvoir faire une justification.

    Il vous faut le conditionnel et des guillemets pour évoquer la vie de Hillel Hazaken à Jérusalem. Mais, fût-ce au conditionnel, vous ne précisez pas s'il a dû massacrer, violer, expulser, raconter des craques, pour pouvoir s'y installer. Le détail en serait pour le coup vraiment "piquant", comme vous dites.

    Je jurerais que vous savez comme moi où se situe l'abject où vous pédalez. Il n'était pas utile d'en rajouter en m'imputant ce que vous savez vous-même infondé puisque vous l'avez fabriqué pour la circonstance. Arrêtez de jouer aussi bas, Maurice E.