Culture / Expo

La Haye - Mémoires juives

Mardi 4 juillet 2017 par Roland Baumann
Publié dans Regards n°865 (1005)

Alors que la construction européenne s’essouffle face aux replis identitaires, de vénérables institutions muséales hollandaises associent le multiculturalisme à la mise en valeur de l’identité nationale.

 

Siège du gouvernement des Pays-Bas et de grandes institutions mondiales, telle la Cour internationale de Justice, La Haye est aussi un centre de villégiature majeur et un lieu de mémoire juive. La célèbre ville miniature de Madurodam, fleuron du tourisme hollandais et international, rassemble les maquettes à l'échelle 1/25e des édifices les plus beaux et les plus caractéristiques du patrimoine architectural hollandais, ancien et moderne. Racontant, à l’aide de dispositifs multimédias et interactifs, les histoires associées à ces monuments miniatures qui retracent toute l’histoire des Pays-Bas, le parc de Madurodam est divisé en trois zones thématiques : le Royaume des Villes, le Royaume de l’Eau et le Royaume de l’Innovation. Répliques de l’aéroport de Schipol, d’autoroutes, de chemins de fer, etc. donnent à ce surprenant musée historique en plein air toute son originalité d’espace ludique mettant en scène l’identité nationale néerlandaise. Inauguré il y a 65 ans, ce haut-lieu de mise en valeur de la mémoire historique des Pays-Bas est aussi un important lieu du souvenir de la Résistance au nazisme et de l’histoire juive aux Pays-Bas.

George Maduro, le résistant

Comme nous l’évoque dès l’entrée du parc miniature un spectacle audiovisuel, Madurodam honore en effet la mémoire d’un jeune résistant juif, originaire des Indes occidentales néerlandaises : George Maduro, né le 15 juillet 1916 à Willemstad, sur l’île de Curaçao, dans une riche famille de Juifs sépharades. Après des études de droit à Leiden, George Maduro devient officier de réserve et lors de l’invasion de la Hollande, en mai 1940, s’illustre dans un combat victorieux contre des parachutistes allemands à Leidschendam, près de La Haye. Dès le début de l’Occupation des Pays-Bas, George rejoint la Résistance. Plusieurs fois arrêté, il refuse de porter l’étoile juive et entre dans la clandestinité.

Fin mai 1943, George et son petit groupe de résistants, escortant des aviateurs alliés, tentent de gagner l’Angleterre. Arrivés clandestinement à Anvers, ils sont arrêtés à Charleville-Mézières, dénoncés aux Allemands par leur passeur. Emprisonné à Saarbruckën, Maduro est ensuite déporté à Dachau, où il meurt du typhus le 6 février 1945. Après la guerre, ses parents décident de soutenir la construction d’un parc miniature aménagé à la périphérie de La Haye et de Scheveningen. Madurodam ouvre ses portes le 2 juillet 1952. Depuis, en Hollande comme à Curaçao, la mémoire de George Maduro est transmise de génération en génération dans ce parc miniature dont tous les revenus financent des œuvres caritatives pour les enfants. L’an dernier, à l’occasion du 100e anniversaire de la naissance du jeune héros de la Résistance, un nouveau monument le représentant a été érigé au milieu de la place George Maduro où se situe l’entrée de Madurodam.

Immersion picturale

Proche du palais royal Noordeinde, au centre de La Haye, le panorama Mesdag est le plus ancien panorama peint conservé dans son lieu d’origine. Réalisée en 1881, cette grande peinture cylindrique (14 x 40 mètres) représente une vue à 360 degrés de la plage de Scheveningen et La Haye. En vogue depuis la fin du 18e siècle, les panoramas peints étaient alors à l’apogée de leur popularité, invitant leurs visiteurs à l’immersion picturale dans un paysage, le plus souvent urbain - ou en plein champ de bataille, comme à Waterloo. Peintre renommé, Hendrik Mesdag (1831-1915), auteur de ce superbe panorama peint depuis une dune surplombant la plage pittoresque de Scheveningen, se trouva bientôt forcé de le racheter à la firme privée belge qui en assurait initialement l’exploitation. Formé entre autres à Bruxelles et à Paris, Mesdag est une figure emblématique de la peinture hollandaise à la fin du 19e siècle. Lui-même grand amateur de peinture de paysages, il se constitua une imposante collection d’œuvres, en particulier d’artistes de l’école de Barbizon. Il était très proche du peintre juif Jozef Israëls qui réalisa de lui un très beau portait, ainsi que de son épouse Sientje Mesdag-van Houten (1834-1909), elle aussi peintre. Ces deux portraits sont conservés dans le très bel hôtel de maître abritant la collection Mesdag (Collectie Mesdag), au sein de laquelle on trouve aussi une saisissante œuvre réaliste de Jozef Israëls, « Alleen » (1881). Lui aussi peintre, le fils de Jozef et Sientje, Isaac Israëls (1865-1934) fut un impressionniste néerlandais de renom, ami du peintre juif berlinois Max Libermann qui séjourna souvent à Scheveningen en sa compagnie.

 

Madurodam

George Maduroplein 1, 2584RZ La Haye

Ouvert tout l’été de 9h à 20h

 Infos  www.madurodam.nl

 

Panorama Mesdag B.V.

Zeestraat 65, 2518 AA Den Haag

Lu.-Sa. 10h-17h / Di. & jours fériés 11h-17h

 Infos  www.panorama-mesdag.nl


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Joel Cahen - 6/08/2017 - 12:18

    Il me manque Beelden aan Zee, le Musee des sculptures a Scheveningen, situe sous le fameux Koninklijk Paviljoen en Paviljoen von Wied qui est la seule batiment encore existant sur le drapeau du Panorma Mesdag.