Communiqué

Le CCLJ réaffirme son soutien au processus de négociation entre Israéliens et Palestiniens pour une solution de paix à deux États

Mercredi 28 décembre 2016

A la veille de Hanoucca, fête des lumières qui célèbre la victoire sur l'obscurantisme, le CCLJ accueille favorablement le vote du conseil de sécurité de l'ONU qui condamne l'occupation et la colonisation israélienne.

 

La résolution appelle au gel immédiat de la croissance des colonies existantes et au démantèlement des nouvelles implantations. Elle condamne tous les actes de violence à l'égard des civils des deux camps. Ce qui inclut les actes terroristes palestiniens.

Le statu quo actuel conduit à un Etat binational qui serait contraire à l'idéal sioniste tel que Herzl et tout le mouvement sioniste l'ont défini il y a 120 ans.

A la veille de 2017 où nous célébrerons les dates symboliques de la réalisation sioniste (1897,1917,1947,1967), le CCLJ réaffirme sa vision d'un Israel Juif et démocratique à côté d'une Palestine viable. Les deux Etats coexistant dans des frontières sûres, négociées et internationalement reconnues.

Lire la résolution 2334 du Conseil de Sécurité des Nations Unies dans son intégralité.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Rogowsky Anne - 28/12/2016 - 13:59

    Bravo le CCLJ pour le courage d'affirmer que la paix ne peut passer que par un débat démocratique, respectueux du droit et des institutions, ce qui est à mon sens l'intérêt d'Israël

  • Par Giacomo Douenias - 28/12/2016 - 17:04

    Votre article est biaisé. Il reprend des termes de la résolution, mais pas tous les termes!

    Vous ne parlez pas du fait qu’un juif qui va prier au Kotel est en contravention avec « la légalité internationale » puisqu’il se trouve du coté jordanien de la ligne verte qui séparait ce pays et Israël en 1967.

    Comme vous, je suis contre les ‘’colonies’’. Mais profiter de ce fait, répréhensible en soi, pour faire passer une résolution infâme, est indigne d’un président des Etats-Unis et de Kerry. Elle ouvre la voie à de nouveaux coups bas que préparent les deux compères.

    Contrairement à vous, je signe ce message :
    Giacomo Douenias

  • Par moane sahli redouan - 28/12/2016 - 21:14

    comme le disait sa majeste le roi hassan 2 du maroc il ne pourrait y avoir de solution qu avec deux etats cote a cote avec des frontieres definies ce qui amenera les peuples d abraham de vivre ensemble dans une harmonie de paix de prosperite dans cette region berceau du monde ou les gens doivent apprendre a se faire confiance et rejeter tout extremisme venant de tout part
    il faut apprendre a vivre dans une paix veritable celle des coeurs des habitudes mais une paix reelle rue a rue maison a maison
    mais je pense pour cela le point primordiale et principal qu il faudrait regler et le probleme palestiniens je parle bien du peuple palestinien et non des extremistes

  • Par Raphael - 28/12/2016 - 21:46

    Jerusalem, capitale indivisible d'Israel. Judee et Samarie, composantes integrales d'Israel. Un etat Juif (Judenstadt), la solution a un etat.

  • Par Laurent Nicole - 29/12/2016 - 0:46

    les termes d'un accord sont disponibles depuis 15 ans. S'ils n'ont pas été mis en œuvre c'est en raison d'une demande de dernière minute d'Arafat concernant le retour de réfugiés en IL. En échange de l'autodétermination d'un État palestinien, Israël devrait demander en plus de ce qui a déjà acquis, la possibilité pour tout juif qui y réside actuellement et qui le souhaite, de demeurer dans ce futur État, au même titre que tout arabe Israélien â des droits en Israël. En second lieu, que cessent immédiatement toute propagande anti israélienne sous quelque forme que ce soit, de la part des arabes comme de la communauté internationale. En troisième lieu la préservation de tout lieu mémoriel en judée -samarie et de la liberté pour tout israélien d'y aller à sa guise. Je pense aussi qu'il faudrait réclamer à la Ligue arabe l'abrogation de sa résolution (dans les années 50) de ce qu'aucun signataire n'accorde la nationalité à un réfugié palestinien, ni à ses descendants. Interdire à l'UNRWA de continuer à émettre des documents d'identité indiquant un lieu d'origine en Israël, même après 4 générations.
    Enfin, pour les palestiniens, l'amélioration des réseaux de communication entre les différentes partes de leur territoire, la réalisation de ce programme à la seule condition, précitée, que plus aucune propagande contre Israël n'ait lieu et que les États arabes voisins, Liban et Syrie ainsi quenl'Iran cessent leurs accusations et provocations et que des sanctions internationales soient prises contre eux si nécessaire.
    J'appelle cela une option de la dernière chance car si l'incitation à la haine des juifs et d'Israël se poursuit, ne restera plus alors que l'annexion et l'expulsion de milliers d'arabes palestiniens vers la Jordanie.

  • Par Rosalba Nascimbeni - 29/12/2016 - 2:54

    Et si 2017 était enfin la date d'un compromis menant à la PAIX durable ?!
    Cette résolution onusiennne - qu'on aime ou pas - me semble un juste pas dans cette direction.

  • Par De Rouck Eric - 2/01/2017 - 5:27

    J'ai beau ne pas être Juif, ni sioniste, il me paraît évident que cette résolution est raciste, anti-sémite, illégale et totalement stupide. Peut-être pourriez vous m'expliquer en quoi promouvoir un futur État Palestinien 'judenrein' est compatible avec l'absence d'hostilités envers les Juifs? Cette résolution promeut tout l'inverse.

  • Par Santo FRANCO - 3/01/2017 - 11:10

    Je m'interroge sur les adversaires de la résolution prônant 2 états.
    Soit ils sont pour un état binational et je suppose que dans ce cas, ils envisagent bien évidemment que les Arabes auraient moins de droits que les Juifs.
    Soit ils souhaitent maintenir la statu quo et ne donner aucune suite aux revendications arabes.
    Combien de temps pensent-ils que ce petit pays démocratique qu'est Israël pourra défier le monde entier en ne respectant pas les règles du droit international.
    A force de se croire invincible et arrogant vis à vis du grand allié américain, leur appui, indispensable pour assurer la survie du pays, risque de ne plus être automatique, malgré tous leurs espoir en l'arrivée de Trump.

  • Par Giacomo Douenias - 3/01/2017 - 14:11

    @ Santo FRANCO.

    Cette résolution ne prône pas 2 états, cette solution faisant déjà l’objet d’un consensus général aussi bien auprès de Netanyahou, que de Abbas et de l’ensemble de la communauté internationale.

    La résolution prône l’arrêt de l’implantation de ‘’colonies en territoire palestinien’’.

    Si elle se limitait à cela, peu de personne, en dehors de quelques extrémistes, pourraient y être opposées. Mais, malheureusement elle va plus loin, beaucoup plus loin ! Elle préjuge de négociations futures pour délimiter les frontières entre les deux entités. Elle décide que la ‘’ligne verte’’ doit servir de base de négociation pour déterminer les frontières. Donc, tout ce qui était jordanien en 1967, les territoires, les populations, tout dis-je deviendrait automatiquement ‘’palestinien’’. Pour quelles raisons et en vertu de quoi ? Est-ce pour la morale qui interdit un gain de territoire suite à un conflit ? Dans ce cas, pourquoi partir de 1967 et ne pas remonter a 1956 ou 1948 ?

    C’est pour cela que cette résolution est condamnable.

    Certains auront remarqué que, ci-dessus, j’ai placé le mot ‘’palestinien’’ entre guillemets ! Je ne parviens pas à me défaire de l’empathie que j’éprouve pour le mot ‘’Palestine’’. Dans mon Egypte natale, mon rêve d’enfant, puis d’ado, était de partir en Palestine faire mon alya ! N’oublions pas qu’à cette époque on nommait palestiniens ceux qui y habitaient, qu’ils soient juifs ou arabes. Mais ceci est une autre histoire…..

  • Par ALUF HANITZAHON - 3/01/2017 - 15:49

    Bientôt comme Obama et Kerry le CCLJ passera aux oubliettes de l'histoire. Avec des amis comme vous Israël n'a pas besoin d'ennemis.

  • Par maurice e. - 4/01/2017 - 19:18

    Je partage entièrement la frustration de ceux qui désespèrent de trouver une solution durable au conflit israélo-palestinien.Je suis également frustré face à la phagotisation du gouvernement israélien par les éléments les plus réactionnaires de l'opinion.Il n'en reste pas moins qu'il m'est difficile de comprendre l'intérêt pratique de la position de Kerry et d'Obama quant à cette résolution de l'ONU.Dans le court terme, elle ne fera que renforcer les courants les plus jusqu'au boutistes des deux côtés.On ne peut pas à la fois déclarer, comme le fait Kerry, que la solution doit résulter d'un accord entre les parties et faire semblant d'imaginer que cette solution résultera d'un consensus international.A mon avis, l'erreur d'Obama été de négliger, dès 2009, l'importance de l'opinion en Israel et de ne pas avoir concentré ses efforts pour convaincre celle-ci de son intérêt de se séparer des Palestiniens au lieu de renforcer la colonisation.Il aurait dû se rendre en Israel après son discours du Caire, mais il a préféré attendre 4 années supplémentaires.En l'absence de leaders responsables, tant du côté israélien que palestinien, la situation de statu-quo a encore de beaux jours devant elle, avec ou sans Trump.