Au CCLJ

Vivre en couple. Plaidoyer pour une stratégie du pire*

Mardi 4 avril 2017 par Florence Lopes Cardozo
Publié dans Regards n°859

Dans son dernier ouvrage, lumineux et limpide, Mony Elkaïm, figure majeure de la thérapie familiale, démonte le mécanisme des conflits répétés dans le couple. De l’analyse de la fonctionnalité de ces crises à la possibilité d’en sortir, l’auteur émet de belles propositions aux partenaires en difficulté. Mony Elkaïm viendra présenter son livre au CCLJ le jeudi 27 avril 2017 à 20h.

 
Sur le même sujet

    Vous exposez dans votre ouvrage une nouvelle lecture des conflits répétés dans le couple, ainsi que des possibilités d’évolution à travers l’autre…

    Cet ouvrage parle de deux aspects spécifiques. Le premier s’intéresse à la fonction des conflits de couple. Car, avant de penser à aider un couple à aller mieux, il me semble intéressant de se demander ce qui fait que ce couple se heurte à de nombreuses reprises sur les mêmes thèmes. On découvre alors que ces conflits nous renseignent beaucoup plus qu’on l’imagine. Ayant construit, comme nous tous, certaines croyances dans notre enfance, croyance que j’appelle « construction du monde » (par exemple, de ne pas avoir été écouté par mes parents, je peux m’imaginer qu’on ne peut pas m’écouter), mais en même temps, je veux être écouté - j’appelle ce souhait le « programme officiel ». Et donc je suis divisé. Je veux qu’on m’écoute, mais je n’arrive pas à croire qu’on puisse m’écouter. D’autre part, si mon partenaire a la croyance, par exemple, qu’il n’est pas à la hauteur, du fait de son histoire familiale et à cause de mon comportement, et si je lui reproche constamment qu’il ne m’écoute pas, je vais renforcer sa croyance qu’il n’est pas à la hauteur et l’aider à garder son armure. Ainsi, le conflit permet à chacun de se libérer de la division dans laquelle nous sommes pris et nous ouvre la possibilité de voir l’autre comme celui qui victimise. Et, d’une certaine manière, le comportement de l’autre va devenir protecteur par rapport à ma croyance et m’aider à garder mon armure et à ne pas m’exposer. La vision originale du livre souligne la fonction et l’aspect utilitaire du conflit. L’autre aspect de l’ouvrage porte sur l’émancipation de ces conflits répétés. Parce qu’il est très difficile de changer soi-même, si on veut que les choses évoluent, il faut d’abord aider l’autre à changer. Il s’agira de trouver comment je peux faire pour ne pas renforcer la croyance de mon partenaire. Et comme le couple est circulaire, et donc la relation du couple de même circulaire, si je ne renforce pas la croyance de l’autre, il ne renforcera pas la mienne.

    Est-ce qu’on peut attendre de l’autre de résoudre nos problèmes ?

    Le problème n’est ni Monsieur ni Madame. Le problème dans la relation de couple, c’est la relation, tels deux membres d’un couple pris dans une porte tournante. Chacun peut dire à l’autre : « Arrête de me pousser dans le dos ! ». L’autre répond : « C’est toi qui me pousses dans le dos ! ». Ceci est très important, car nous voyons l’autre comme celui qui nous fait souffrir et il nous voit comme la personne qui le fait souffrir. De fait, nous sommes tous les deux piégés par une relation qui nous fait souffrir ensemble. L’intervention du thérapeute consiste à travailler sur cette relation qui blesse les deux, à faire en sorte qu’elle se modifie, pour que l’un et l’autre puissent ne plus avoir à être dans une situation où leur construction du monde, où leurs croyances soient renforcées.

    Comment sortir des conflits répétés et permettre un nouveau mode de relation ?

    Le couple est aussi thérapeutique ! Imaginons que quelqu’un est convaincu de ne pas pouvoir être aimé et dit à sa partenaire qu’elle ne l’aime pas. Si elle n’est pas touchée par ce reproche, elle peut rester flexible, ouverte, par rapport à lui et ne pas le rejeter. Alors progressivement, il commencera à changer et sa croyance tendra à s’assouplir et à se flexibiliser. Il aura essayé de disputer sa partenaire pour qu’elle rentre dans une danse avec lui, afin de renforcer sa croyance. Mais en n’y entrant pas, elle lui permet de grandir dans la relation. Ils pourront ainsi inaugurer ensemble quelque chose d’original et de nouveau au niveau affectif, ce qui aura pour effet de l’aider à pouvoir subtiliser sa croyance et à en sortir. Nous pouvons tenter nous-mêmes ce processus dans nos couples. Si cela ne marche pas, on peut demander à quelqu’un de nous aider et aller consulter. Selon la spécificité de la situation, certains couples s’engageront dans une longue thérapie, d’autres iront mieux en quelques séances. La psychothérapie, ce n’est pas du prêt-à-porter, c’est du sur-mesure.

    *(ou du meilleur), éditions du Seuil, 115p.

    Infos et réservations 02/543.01.01 ou info@cclj.be


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/