Au CCLJ

"Nana", la transmission de génération en génération

Lundi 28 octobre 2019 par Géraldine Kamps

Le 6 novembre 2019, à 20h au CCLJ, le film Nana, de Serena Dykman, sera projeté pour la première fois en Belgique. Une magnifique histoire de transmission entre Maryla Michalowski-Dyamant, survivante d’Auschwitz, et sa petite-fille, cinéaste, qui a choisi de marcher sur ses pas. La fille de Maryla, Alice Michalowski, sera présente pour nous parler de sa mère et poursuivre son travail de mémoire.

Maryla Michalowski-Dyamant et sa petite-fille Serena

Sur le même sujet

    Maryla Michalowski-Dyamant aurait eu 100 ans le 6 novembre 2019. Elle est décédée le 3 octobre 2003. Sa petite fille, la cinéaste Serena Dykman, l’a peu connue. C’est pourtant elle qui prendra l’initiative de raconter son histoire pour nous transmettre toute l’humanité de celle qui passera sa vie à témoigner.

    L’attentat du Musée juif de Belgique le 24 mai 2014 provoquera chez la jeune femme le déclic. « Alors qu’elle terminait à New York ses études de cinéma, Serena m’a demandé : « Es-tu partante pour faire un documentaire avec moi sur Nana ? » », se souvient sa mère Alice Michalowski. « Je n’attendais que ça… ».

    Mère et fille entreprennent alors un long périple qui les mènera de Bedzin, le village natal de Maryla, au camp d’Auschwitz, où elle deviendra la traductrice de Mengele, en passant par Varsovie, Cracovie, Bruxelles et New York. C’est le point de vue d’une jeune femme de la troisième génération, qui se demande quoi faire de l’héritage reçu de sa grand-mère. Comment transmettre cette mémoire ? Son projet de film, comme étudiante d’abord, deviendra professionnel au vu de son accueil. Nana a déjà remporté une quinzaine de prix (dont de nombreux prix du public) dans les pays où il a été présenté : en France, aux Etats-Unis, au Canada, en Pologne et en Israël. Le 6 novembre sera une première belge.

    « Par ses nombreux témoignages, dans les écoles, à la télévision, à Auschwitz, ma mère a ouvert le champ, elle libère la parole et redonne espoir en montrant comment on peut se relever, se reconstruire, même si la marque que l’on porte est indélébile », note Alice Michalowski. « L’héritage qu’elle nous a laissé ne se limite pas au trauma, il y a aussi sa force, son positivisme, son humour, ses amitiés. Nana était une célébration de la vie ».

    Entre les témoignages de Maryla, Alice et Serena se retrouvent, prennent la mesure de la tragédie. De la difficulté de vivre « après », la culpabilité d’avoir survécu, d’être libre, mais seule au monde, ayant perdu tous ceux qui auraient pu l’attendre. « On ne sort jamais d’Auschwitz », confiera Maryla à un journaliste. A un étudiant qui l’interpelle : « Pourquoi les Juifs ? », elle ne donne pas de réponse. « L’absence de réponse en est une », estime-t-elle.

    Maryla exprime le doute ressenti dans les regards de ceux qui ont entendu ses premiers récits, l’impression d’une histoire qui dérange, ce droit au bonheur que l’on se refuse… « Comme moi, elle est restée debout pour le travail de mémoire », assure Sophie Rechtman, enfant cachée.

    Le film comporte de nombreuses archives, de la Fondation Auschwitz, de la Fondation Spielberg, des interviews aussi, certaines tournées au CCLJ avec Henri Gutman et Ina Van Looy, mais aussi Johannes Blum, Christian Laporte, Annie Szwertag, Claire Pahaut, Joëlle Baumerder, Serge Noël… « Dans le trou noir le plus absolu, il reste l’humanité. Et on n’arrivera pas à la détruire », observera ce dernier.

    Poursuivre la mission de Maryla en allant à la rencontre des jeunes, ne pas avoir peur d’en parler, apprendre à vivre avec l’autre, et ne pas se contenter de continuer, sans cesse recommencer, parce que la société évolue et que les gens changent… « Beaucoup de survivants ne sont plus là pour raconter leur histoire, alors si nous ne le faisons pas, qui le fera ? », interroge Serena. Le mot de la fin sera celui de Nana la tolérante aux nouvelles générations : « Faites tout pour que cela n’arrive plus ».

    Entrée libre, mais inscription obligatoire au 02/543.01.01 ou [email protected]

     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/