Au CCLJ

Mathilde Neumann, nouvelle directrice de la Maison des Jeunes

Jeudi 1 juin 2017 par Géraldine Kamps
Publié dans Regards n°863 (1003)

Le 1er juin 2017, Mathilde Neumann a pris la succession de Mikha Weinblum à la direction de la Maison de la jeunesse laïque juive (MJLJ). Cette avocate de formation revient avec nous sur son parcours et ses objectifs pour un des départements clés du CCLJ.

Peux-tu nous expliquer quel a été ton parcours avant d’arriver au CCLJ ?

Certainement. J’ai suivi ma scolarité à l’Ecole des Eglantiers, puis à Dachsbeck en secondaires. J'ai passé un an à Barcelone pour apprendre l'espagnol, avant de me lancer dans des études de droit
à l'ULB, et d'obtenir une licence en 2008. Je suis partie me spécia-liser en droit européen à Londres. J’ai travaillé sept ans comme avocate, puis lobbyiste, avec un bref passage aux Etats-Unis dont je garde un excellent souvenir. Je viens donc d’opérer un changement à 180 degrés pour devenir la nouvelle et très enthousiaste directrice des activités jeunes du CCLJ.

Qu’est-ce qui t’a motivée à changer de voie et à postuler à la direction de la Maison des jeunes ?

Si je ne regrette absolument pas les années que j’ai consacrées au droit, j’aspirais depuis un certain temps à un autre mode de fonctionnement, à un cadre plus chaleureux et à un contenu plus léger et davantage porteur de sens. La Maison des jeunes du CCLJ répond à 100% à cette envie. A mon sens, cette fonction représente une magnifique opportunité de mettre mon dynamisme et mes compétences au service de l’épanouissement d’une jeunesse qui mérite toute notre attention. Je suis aussi la très fière maman d’un petit Simon de bientôt 2 ans, ce qui n’est sans doute pas tout à fait étranger à mon intérêt pour le monde de l’enfance.

Les jeunes ont un choix d’activités de plus en plus large, comment les encourager à fréquenter un mouvement de jeunesse juif aujourd’hui ?

J’ai moi-même fréquenté un mouvement de jeunesse de mes 7 à mes 17 ans (l’Hashomer Hatzaïr). Je sais donc à quel point il s'agit là d'une expérience fondamentale qui jouera un rôle clé dans l’évolution ultérieure des haverim. Il est évident que la première raison pour laquelle il faut encourager ses enfants à fréquenter un mouvement de jeunesse, c’est tout simplement parce qu’ils y vivront de merveilleuses expériences et surtout qu’ils y noueront des amitiés pour la vie. Les mouvements de jeunesse juifs ont en outre ceci de particulier qu’ils amènent, de par leurs activités et leur idéologie, à un véritable questionnement sur le monde, sur sa propre identité en général, et sur son identité juive en particulier. Selon le mouvement choisi, on y acquière aussi une véritable conscience politique. C’est aussi un bon calcul pour les parents qui se voient débarrassés de leur chère et tendre progéniture tous les samedis après-midi et plusieurs semaines de vacances par an, sans mauvaise conscience !

Tu as déjà pu te faire une idée de la JJL, notamment grâce au repas shabbatique et à un mémorable Lag Baomer. Quelles sont tes premières impressions ?

J’ai été directement frappée par l’ouverture d’esprit et l’atmosphère extrêmement familiale qui y règnent. Chaque haver, chaque madrih semble avoir véritablement sa place et les particularités de tous sont prises en compte, voire même encouragées. En pratique, mes contacts avec la JJL passent principalement par les deux shlihim, Daniela et Noah. Anciens haverim de la JJL, ils accordent tous les deux une réelle importance à la préservation des valeurs d’ouverture, de tolérance et de transmission d’un judaïsme laïque. Chaque activité est réfléchie au regard de cet objectif. Ils sont également tous deux réellement concernés par le bien-être de chaque haver et ne cessent de s’interroger sur l’amélioration du fonctionnement du mouvement.

Que souhaites-tu apporter à la MJLJ ?

Mikha a su instaurer un esprit de bienveillance et d’écoute dont je souhaite m’inspirer, et ce tant vis-à-vis de l’équipe de la Maison des jeunes et de la crèche, que de l’ensemble des parents concernés. Par ailleurs, avec Jean-Marc Finn, nous réfléchissons déjà à l’organisation de nouvelles activités culturelles pour les enfants ou tout simplement pour un public plus jeune que celui habituellement visé. De formidables initiatives ont déjà vu le jour à la Maison des jeunes (Opération Père Noël, actions d’aide aux réfugiés, rencontres politiques, etc.). A terme, j’aimerais surtout insuffler un nouveau dynamisme aux activités que des jeunes pourraient porter au sein du CCLJ, formidable structure qui offre de multiples opportunités.  


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Martine van Coe... - 25/06/2017 - 6:51

    Toutes mes félicitations Mathilde,
    Martine van Coevorden