Le mot du président

Le CCLJ... plus nécessaire que jamais

Mardi 4 septembre 2018 par Menia Goldstein, Président du CCLJ
Publié dans Regards n°1028

Dans la tradition juive, la période entre Rosh Hashana et Yom Kippour est celle des bilans, des réflexions, des projets pour l'avenir et ceci tant sur le plan personnel que celui des institutions.

Au CCLJ, nous venons de lancer une réflexion globale sur notre place dans la Communauté, sur nos orientations futures, sur la manière d'intensifier nos activités dans les trois axes prioritaires inscrits dans notre charte : la transmission d'un judaïsme laïque et humanitaire, la lutte contre l'antisémitisme et le racisme, la défense de l'existence de l'Etat d'Israël et la recherche d'une solution au conflit israélo-palestinien.

Notre Centre présente la particularité d'offrir une éducation et un vécu juifs qui ne sont pas basés sur la religion. Nous sommes convaincus que ceci répond à un véritable besoin de la population juive de plus en plus sécularisée. Le succès de notre programme pour les Bnei-Mitzva, les valeurs humanistes transmises semaine après semaine à la JLL, l'affluence lors de la célébration des fêtes juives recentrées sur leur sens moral et des nombreuses activités culturelles nous indiquent que nous sommes sur le bon chemin. La transmission d'un judaïsme laïque est cependant un travail de longue haleine et nous devons veiller constamment à en assurer l'excellence de la pédagogie. Nous avons prévu par ailleurs d'aborder la manière de célébrer d'autres rites tels que la Brith-Mila et les funérailles.

L'accroissement des manifestations antisémites, liées à celles d'un antisionisme radical constaté ces derniers temps en Europe nous oblige à renforcer notre combat contre ce fléau. Le CCLJ a été à la pointe des organisations juives qui ont contesté la remise par l'ULB des insignes de doctor honoris causa au réalisateur Ken Loach. Même si cette remise n'a pu être empêchée, notre campagne qui a récolté plus de 1.700 signatures a permis de faire la lumière sur l'attitude « falsificatrice » de Loach concernant la Shoah et d’amener l'ULB à prendre certains engagements dans la lutte contre l'antisémitisme.

Par le biais de son programme « La haine, je dis NON ! », le CCLJ joue un rôle important d'éducation à la citoyenneté contre les racismes et les préjugés. Ainsi, au cours de l'année passée, près de 500 animations ont eu lieu dans les écoles primaires et secondaires de la Fédération Wallonie Bruxelles pour sensibiliser les élèves et leurs enseignants au sujet des génocides, et surtout de la Shoah.

Un autre sujet par rapport auquel le CCLJ ne peut rester indifférent est celui de l'immigration et du renforcement des forces populistes et nationalistes en Europe. Ne pouvant ignorer l'expérience de nos parents et grands-parents, nous avons insisté auprès des autorités belges pour ne pas criminaliser des innocents fuyant la misère et la répression. En même temps, nous avons reçu au CCLJ les responsables de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés et promu la participation de nos membres aux réseaux existants dans ce domaine.

Fidèle à ses convictions, le CCLJ continuera à attribuer une priorité élevée à Israël et à la résolution du conflit avec les Palestiniens. Il est vrai que la situation continue d’être extrêmement complexe. Parmi les options en discussion, la solution à deux Etats, basée sur la séparation entre les deux parties et la prise en considération de la sécurité d'Israël, nous semble être la seule voie possible. Attachés profondément à l'existence de l'Etat d'Israël et opposés aux mouvements de boycott à son égard, nous nous sentons légitimes de nous prononcer sur les questions fondamentales pour son avenir et ses relations avec la Diaspora. C'est ainsi que nous nous inquiétons des effets néfastes du statu quo sur la société israélienne et des tentatives de revenir sur certaines des valeurs de tolérance du pays : la loi sur l'Etat-nation du peuple juif, le statut de la communauté LGBT, les menaces contre les opposants à la politique gouvernementale, la « pression » religieuse. En même temps, nous avons toujours mis en exergue les réalisations importantes d'Israël dans de nombreux domaines, ainsi que sa structure foncièrement démocratique dans une région menacée par l'obscurantisme.

Pour mener à bien l'ensemble de ces actions, le CCLJ a la chance de disposer de beaux locaux, mais surtout d'une équipe professionnelle et motivée ainsi que de nombreux amis et donateurs. En vue de faire face à l'augmentation des activités et pour encore mieux accueillir son public, le CCLJ a procédé, sous l'égide de son Directeur général, à une modernisation de son administration ainsi qu'à d'importants travaux en matière de sécurité et dans le foyer-restaurant. Ce dernier a été rénové de fond en comble pour créer une ambiance plus conviviale et permettre l'organisation de diverses activités. Nous vous y attendons nombreux pour en profiter, pour participer aux conférences, goûter à la richesse de la culture juive, célébrer les fêtes. Notre maison est aussi ouverte à tous ceux qui voudraient s'engager davantage en proposant des projets, en participant à des comités ou en coopérant comme volontaires. Le CCLJ a besoin de vous ! La Communauté a plus que jamais besoin d'un CCLJ florissant et adapté aux exigences de notre époque.

A l'aube de la nouvelle année juive 5779, je voudrais souhaiter à tous nos collaborateurs, membres, amis et lecteurs une année de bonne santé et de paix

Shana tova ou metouka 


 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Michaël U. - 7/09/2018 - 10:31

    Juif de diaspora - et - ou - et/ou - Juif de Belgique ?

    Question pour Pilpoul :-)

  • Par ezekiel - 7/09/2018 - 14:02

    Puisse cette année nouvelle faire prendre conscience au CCLJ et particulièrement au rédacteur en chef du Regards qu'il y a autre chose à faire que de passer son temps à critiquer le gouvernement légitime d'Israël.

    Chana Tova à toutes et à tous

    Ezekiel

  • Par Jacky - 8/09/2018 - 8:46

    Beau programme, beau bilan...Mais que diable le CCLJ est-il allé faire dans la galère de l’affaire Ken Loach? Que d’énergie dépensée en vain contre un cinéaste dont l’antisémitisme reste douteux et contre des intellectuels juifs au-dessus de tout soupçon, tels Vincent Engel ou Yvon Englert...Clivante, cette attaque de l’ULB - sur ce dossier- a écorné la réputation du CCLJ,dont les prises de position par ailleurs généralement pondérées sont étudiées avec attention et respect.